L’abandon, un des facteurs de l’alcoolisme

L’abandon est l’une des causes les plus courantes du mal-être et du « mal de vivre ». Tel est le constat dressé par Daniel Dufour, médecin !

Pour ceux qui souffrent de ce qu’on appelle souvent l’abandonnite il y a toujours une situation mal vécue au cours de la prime enfance ou de l’enfance.

Tous les enfants n’en souffrent pas, mais seulement ceux à qui les parents n’ont pas appris à se séparer avec confiance et sérénité parce que pour diverses raisons, ils ne le pouvaient pas eux-mêmes.

On laisse longtemps ce ressenti douloureux de côté, mais à l’intérieur de nous ça continue à bouillir et à faire des dégâts.

Notre logique implacable conclut que puisque nous avons pu être abandonnés, nous ne sommes pas dignes d’être aimés. Cette croyance va dès lors sous-tendre toutes nos relations sociales et affectives.

Au cœur de la douleur des uns et des autres il existe bel et bien une peur : celle d’être rejeté et abandonné de nouveau.

Il y a un domaine où la blessure va se faire plus sensible encore: l’amour. « Le couple est souvent le lieu où nous réglons nos comptes avec notre enfance« , remarque la psychanalyste Catherine Audibert.

Et nous projetons sur l’autre les angoisses du passé. Ce qui finit par créer souvent une séparation.

 

Enfin pour se sentir un peu plus sûr de soi, oublier cette peur de l’abandon, nous utilisons souvent le médicament alcool.

Chez beaucoup de malades alcooliques, nous retrouvons cette peur de l’abandon, encore très vive même si de nombreuses années ont passé depuis la cause originelle…

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? Alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous et rdv sur :

Le forum On S’aide :
http://forumonsaide.forumactif.org

Le groupe Facebook On S’aide :
https://www.facebook.com/groups/onsaideforum/

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *