Alcool et Abstinence : la mise à l’écart

Abstinence et mise à l’écart.

En arrêtant l’alcool, le malade alcoolique abstinent entre dans une marginalité de fait.

Un des problèmes essentiels de l’alcoolisme tient au fait que, disqualifié par ses ivresses, le patient est aussi disqualifié par l’abstinence, de façon bien plus subtile et beaucoup plus profonde qu’il ne paraît.

Ce n’est certes pas l’alcool en tant que molécule qui est en cause ici, mais l’alcool en tant que symbole.

Culturellement, il va de soi de consommer, mais qui s’abstient de partager un verre, refuse un geste d’accueil et doit s’en expliquer.

C’est un des gros problèmes de l’abstinence, beaucoup de personne n’acceptent pas qu’on leur refuse un verre, signe de convivialité chez eux.

On se met à l’écart de la société et on vexe certaines personnes, qui ont d’ailleurs souvent elle-même un problème avec l’alcool

Que faire dans ce cas là ???

 

Ensuite dans la famille, il y a très souvent des membres de cette famille devenus co dépendants et qui vivent très mal l’arrêt de l’alcool de « leur malade »…

Ils ne savent plus où se situer, l’objet de toute leur attention, le centre de leur vie, le malade alcoolique vient de leur faire faux bond….

Pour certains c’est même insupportable. Il y en a qui feront tout pour que le malade alcoolique boive à nouveau de l’alcool et rechute ce qui leur redonnera leur place..

Envie d’en débattre ? des exemples à partager, des réponses à donner ? Alors n’hésitez pas à vous rendre sur :

Le forum On S’aide :
http://forumonsaide.forumactif.org

Le groupe Facebook On S’aide :
https://www.facebook.com/groups/onsaideforum/

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *