Alcoolisme et déni : une inévitable évidence

On reproche souvent au malade alcoolique d’être dans le déni, mais a-t-il la possibilité de faire autrement ?


Le déni, est un mécanisme de défense finalement assez ordinaire et compréhensible !


La société ne veut en général pas reconnaître la maladie alcoolique comme une maladie grave mais la voit plutôt comme un vice, une tare, quelque chose de honteux, ce qui englobe la maladie et le malade qui n’a pas assez de volonté pour arrêter.

Comme si c’était possible.

Cette méconnaissance de la maladie alcoolique est très grave, elle empêche beaucoup de personnes MA (Malade Alcoolique) de se soigner.

De plus la culture française entretient le déni sur les dangers de l’alcool, qui est pourtant une drogue.

L’alcool , le vin sont valorisés, les lobbys des alcooliers veillent au grain, pas question de critiquer l’alcool, celui qui en boit trop, oui, mais faire de la publicité pour l’alcool, pour que les jeunes boivent aussi de plus en plus d’alcool, c’est normal chez nous.

Se reconnaître alcoolique mènerait la personne à croire et à avouer aux autres ce que lui-même pense des alcooliques : ce sont des êtres méprisables, monstrueux, dégoûtants.

Ainsi en exigeant de l’individu qu’il reconnaisse son alcoolisme, on ne lui demande rien de moins que de s’avouer en dessous de tout.

Comment après ça , oser dire qu’on a un problème avec l’alcool ?

Le patient alcoolique minimise ou nie l’existence d’une consommation d’alcool excessive .

Cette caractéristique s’explique donc par ce déni qui est une construction partiellement inconsciente qui vise à gérer l’angoisse générée par la prise de conscience d’un problème difficilement acceptable, par la perspective d’un sevrage et par le changement radical de mode de vie qu’implique l’abstinence totale.

Cette idée n’est même pas imaginable par le malade alcoolique dépendant qui ne peut pas imaginer une vie sans alcool.

Tout ceci aboutit à une grande solitude : le malade alcoolique lutte afin de ne pas reconnaitre son alcoolisme et boit en cachette.

Alors qu’une bonne connaissance de la maladie alcoolique, de son fonctionnement, de ce qu’elle implique, aiderait beaucoup de malades à sortir du déni et à se soigner.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? Alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous et rdv sur :

Le forum On S’aide :
http://forumonsaide.forumactif.org

Le groupe Facebook On S’aide :
https://www.facebook.com/groups/onsaideforum/

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *