Reconnaître un état d’alcoolo-dépendance

L’alcool est un produit psychoactif qui agit directement sur le fonctionnement du cerveau.

etat-alcoolo-dependance
Reconnaître un état d’alcoolo-dépendance

Il modifie la conscience, les perceptions, et donc les comportements.

L’alcool peut devenir une véritable addiction. On parle d’alcoolisme quand la personne ne contrôle plus sa consommation d’alcool, ou du moins, perd la faculté de s’abstenir de boire !

L’état de manque déclenche alors un syndrome de sevrage.

La personne a des tremblements, une accélération cardiaque, des sueurs, des hallucinations et même des crises convulsives.

L’alcoolo-dépendance est une véritable maladie chronique, qui s’installe progressivement dans le temps. On en prend généralement conscience lorsque l’addiction est déjà installée.

Quelques signes peuvent aider à reconnaître un état d’alcoolo-dépendance.

Tout d’abord, lorsque l’alcool est pris le matin en début de journée

 

La personne boit seule et parfois en cachette.

Elle a besoin de quantité de plus en plus forte afin d’obtenir l’effet désiré.

Un autre signe : lorsque la consommation d’alcool devient l’occupation la plus importante.

Dans ce cas, toutes les autres activités et obligations deviennent secondaires. Enfin, même si la personne connaît les risques et les conséquences sur sa santé, les conséquences professionnelles et sur l’entourage, elle n’arrive pas à arrêter, alors même qu’elle le désire.

Il existe deux formes cliniques à l’alcoolo-dépendance :

L’alcoolisme aigu qui provoque un état d’agressivité, une dépression , un coma… il peut aboutir à la mort.

Et l’alcoolisme chronique, qui cause des tremblements matinaux, des vomissements, diarrhées, sueurs, nervosité. Il peut également entraîner des hallucinations visuelles, tactiles et auditives, voire même des crises convulsives avec mouvements désordonnés.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? Alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous :

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

3 réponses sur “Reconnaître un état d’alcoolo-dépendance”

  1. Avec une prise de sang, on peut reconnaître très facilement un alcoolisme chronique, si le taux de CDT est élevé, on est dans la chronicité. De même la VGM, peut aussi signaler un alcoolisme chronique mais est un peu moins fiable que la CDT…..
    Par contre, le taux de transaminases peut ne pas être très élevé, ce qui ne veut rien dire et ce qui explique que maintenant, la police recherche le taux de CDT et pas que les transaminases.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *