La THP (Tetra-Hydro-Papaveroline) : la molécule de la dépendance alcoolique

Comme on me demande souvent ce qu’est la THP (la Tetra-Hydro-Papaveroline),  je vais vous mettre mon cours d’alcoologie sur ce phénomène de dépendance, quand on sait comment fonctionne la maladie alcoolique, on comprend vite que, si on est dépendant, boire un verre relance ce phénomène et nous fait rechuter.

Tetra-Hydro-Papaveroline

C’est un peu technique, souvent je donne une explication plus simple mais qui ne relate pas tout à fait la vérité. Intéressez vous surtout à la fin de ce texte.

Précisions sur le phénomène de dépendance.

La dépendance, on peut la voir comme l’escalade et la chute.

On ne sait pas trop pourquoi mais absorption d’alcool stimule la libération de la dopamine.

1) La dopamine en se fixant sur ses récepteurs stimule le système de récompense et inhibe la douleur.

2) La dopamine est alors capturée et détruite par un enzyme , la MAO (monoamine-oxydase).

3) Or l’alcool se bloque alors sur la MAO et inhibe sa fonction. Il y a donc excédent de dopamine et augmentation de sensation de bien être provisoire, la MAO équilibrait la dopamine en en détruisant une partie, pour nous garder en forme mais pas dans un délire euphorique.

 

Quand le corps et le cerveau sont intoxiqués par l’alcool, la dopamine n’est plus ou ne peut plus être oxydée parce que les enzymes , en ce cas la MAO, nécessaires à la dégradation et à l’oxydation de la dopamine, ne sont plus disponibles pour la dégradation de la dopamine.

C’est à ce stade que l’irréversible se produit : le couple alcool-dopamine va se transformer en drogue dure, en un produit qui se nomme la THP ou tétrahydropapavéroline !

La THP c’est le produit que l’on trouve dans la fleur de pavot et qui est le précurseur de la morphine. Ainsi le cerveau d’un malade alcoolique intoxiqué par l’alcool, produit une substance morphinique la THP !

La THP chasse les endorphines (dopamines) et se fixe sur ses récepteurs ! Donc le cerveau ne fabrique plus d’endorphines puisque la THP s’est fixée sur les récepteurs endorphiniques.

Au bout d’un certain temps, le cerveau déloge la THP mais si les récepteurs ne sont plus occupés, un état de souffrance apparaît, l’état de manque (tremblements, sueurs , angoisses)

Pour pallier à ce manque il faut reconsommer de l’alcool pour refabriquer de la THP et pour qu’à nouveau elle occupe les récepteurs endorphiniques pour que la balance P-E soit équilibrée.

La THP va être délogée de plus en plus rapidement d’où l’obligation de rapprocher et d’augmenter les prises d’alcool.

Comme pour l’héroïne, il en faut de plus en plus , de plus en plus souvent, à ce stade , il est impossible de faire marche arrière.

Le besoin vital de fabriquer la THP, donc de boire de l’alcool est bien plus fort que la raison ou la volonté. (voir notre article : Alcoolisme et Volonté)

La désintoxication est alors nécessaire et passe par un sevrage et une assistance médicale et psychologique.

En fait, on devient accro pas à l’alcool, mais à la THP !

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? Alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous :

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

2 réponses sur “La THP (Tetra-Hydro-Papaveroline) : la molécule de la dépendance alcoolique”

  1. Merci pour vos encouragements Claude ! c’est toujours agréable à lire. Nous espérons que notre site est utile pour les malades alcoolo-dépendants dont nous faisons partie !

  2. Madame, je viens de lire quelques articles de votre site,celui-ci est très bien fait et compréhensible.Bravo.
    Ancien consommateur dépendant à l’alcool,au tabac et médicaments.
    Bonnne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *