L’alcoolisme et ses conséquences sur la sexualité

L’alcool fait en général très mauvais ménage avec la sexualité.

L'alcool et ses conséquences sur la sexualité
L’alcool et ses conséquences sur la sexualité

Si au début, il a un côté désinhibiteur qui peut favoriser les relations sociales.

En buvant modérément l’alcool peut permettre à certaines personnes de surpasser leurs inhibitions sexuelles ainsi que des sentiments tels que la timidité.

Mais au bout de plusieurs verres, une action déprimante commence à restreindre la capacité de votre corps à répondre sexuellement à toute excitation, aussi bien pour l’homme que pour la femme.

Les érections sont plus difficiles, l’éjaculation est retardée ou ne se fait pas, pour la femme une sécheresse vaginale l’empêche de bénéficier pleinement de l’acte sexuel.

L’endormissement involontaire met fin très souvent à toutes velléités d’acte sexuel.

En cas d’alcoolisme chronique, c’est une tout autre problématique.

Les hommes et les femmes qui boivent depuis des années de ce fait, détériorent leurs fonctions hépatique et nerveuse, avec à terme, des répercussions sur leur fonction sexuelle.

 

L’alcool détériore aussi considérablement la fonction de reproduction, chez l’homme, mais également et même surtout chez la femme.

Chez les alcooliques chroniques, les troubles de la sexualité sont parmi les troubles les plus fréquents.

Les atteintes neurologiques provoquées par l’alcool font que ces malades alcooliques ont une diminution de la libido et de la capacité érectile.

Avoir un rapport sexuel devient peu à peu quasiment impossible.

Pour le moment nous avons vu le cas d’alcoolisations ponctuelles ou chroniques.

Mais il y a aussi des alcoolisations très fortes qui peuvent finir de façon dramatique.

Plus la personne est alcoolisée moins son surmoi et son ego sont actifs, il ne reste plus que le cerveau reptilien qui transmet ses ordres!

C’est également lui qui domine les émotions les plus primitives, comme le désir, le sexe, le pouvoir et la violence, comprise ici comme moyen de survie.

Un petit rappel sur les trois cerveaux qu’un homme est censé avoir:

Le cerveau est une machine de trois éléments en un:

– Le cerveau reptilien et au même niveau le cervelet
– Le paléo cortex
– Le néocortex.

Le cerveau reptilien
C’est le cerveau ancien primaire ou primitif qui régit les instincts de survie et les pulsions.

Le paléo cortex
C’est la deuxième couche du cerveau. C’est le cerveau de l’affectif, des émotions, c’est le cerveau sentimental.

Le Néocortex
C’est la troisième couche du cerveau. le paléo cortex est le domaine du plaisir, le néocortex est celui de la raison. Le néocortex est le gendarme qui contrôle les deux autres cerveaux.

Ceci étant vu, que se passe-t-il quand quelqu’un est très alcoolisé ?

L’alcool anéantit les protections du paleo cortex et surtout du Néocortex, le cerveau reptilien est donc le seul en état de marche.

Ses réactions sont les besoins sexuels, la violence, le manque d’empathie, il ne sert qu’à obtenir la satisfaction de nos instincts les plus bas.

C’est donc dans ces moments de grandes beuveries que l’on trouve le plus de violences physiques et sexuelles, violences pouvant aller jusqu’au meurtre.

D’autre part la sidération est une réaction fréquente pour la personne qui se sent agressée.

Elle se fige corporellement et n’essaie même pas de se défendre par instinct de survie elle aussi, ça concerne plus souvent les femmes.

C’est rapide et très schématique, voilà en gros ce que l’on peut retenir de l’alcool et de la sexualité.

Je suppose que vos réactions vont être nombreuses et vos questions aussi, alors n’hésitez pas, posez les, nous essaierons de vous répondre le plus clairement possible.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *