La bouteille à la mer : très bon film sur l’alcoolisme

Le documentaire « La bouteille à la mer » est son vingtième film de Pierre-Yves Moulin et son premier long-métrage. Une très bonne approche pour faire prendre conscience de la réalité, parfois alarmante, de la maladie alcoolique.

La Bouteille à la Mer - un film sur l'alcoolisme

La Bouteille à la Mer – un film sur l’alcoolisme

HISTOIRE DU FILM

Fred, 32 ans, a déjà une vie riche et bien remplie. Peu à peu, pourtant, cette vie s’est vidée de tout projet. Fred boit dix litres de bière par jour, qu’il paye en interprétant ses chansons dans la rue. Depuis un an, encouragé par sa nouvelle compagne, il a décidé de se soigner et de faire le deuil de l’alcool.

Fred va suivre une cure de désintoxication, avec d’autres malades. Leurs univers, leurs milieux sociaux comme leurs centres d’intérêts sont différents. Pourtant ils partagent en commun une maladie honteuse.

Au cours d’une cure il est peu question d’alcool. L’alcool, c’était avant de passer la porte de l’hôpital. C’est bien autre chose qui se joue. Chacun doit refaire le film de sa vie et tenter d’identifier ce qui n’a pas fonctionné dans le scénario…

Le contexte

Ce documentaire a été tourné principalement à l’Hôpital Psychiatrique de St-Égrève (en Isère), au sein de l’Unité Groddeck dirigée par le Docteur Jean-Claude Exbrayat.

 

Après plusieurs mois de repérages, Pierre-Yves Moulin a tourné pendant près de trois mois, dont cinq semaines au sein de Groddeck. La plupart des malades alcooliques ont accepté d’être filmés à visage découvert. La matière abondante récoltée lors de ce tournage (plus de 80 heures de rushes) a nécessité un montage de quatre mois.

Hubert Mingarelli a rencontré Fred, le personnage principal, avant même qu’il entre en cure. Deux passages au sein de l’unité Groddeck, lui ont permis de découvrir l’univers du film. Il a ensuite visionné une partie des rushes, avant d’écrire le texte qui prend sa place dans ce documentaire. Le comédien suisse Roland Vouilloz a accepté de donner sa voix en lisant ce texte.

Fred Flouret est passé de personnage filmé, à membre à part entière de l’équipe du film, en composant la musique originale.

Ce long-métrage d’une durée de 78’ existe également dans une version de 52’, format habituellement destiné aux diffusions TV.

LE RÉALISATEUR : PIERRE-YVES MOULIN

Pierre-Yves Moulin est né à Valence en 1963. Il interrompt des études d’audiovisuel à l’Université Stendhal de Grenoble en 1983, trouvant plus pertinent de se former au contact de professionnels. Il devient l’assistant d’un jeune cinéaste sorti de l’IDHEC. Il travaille ensuite comme chef-monteur à FR3 Grenoble à partir de 1984. En 1987, il réalise son premier film, un court-métrage de fiction intitulé « C’est simple ? », remarqué à Clermont-Ferrand et qui représente la France au festival d’Uppsala en Suède.

A partir de 1990, il commence à réaliser des documentaires pour la télévision, pour France 3 puis pour ARTE, dans le champ du documentaire de société. Il reçoit en 1998 le Prix Jean Lods du jeune talent de la télévision remis par la SCAM, pour « Le fils du pressing », coproduit par ARTE. Depuis une dizaine d’année il fait le cadre et le son de ses films. Son écriture navigue de plus en plus aux frontières du réel et de la fiction.

En plus de son activité de documentariste, il enseigne depuis une dizaine d’année à l’Université Stendhal de Grenoble, et dans une école d’art appliqué de Lyon.

LE FILM A VOIR ET A REVOIR

Qu’avez vous pensé de ce film ? envie d’en parler ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *