Livre sur l’Alcoolisme : des Foulées pour Renaître

Après une longue descente aux Enfers marquée par vingt ans d’alcoolisme et de tabagisme, un visage bouffi et un poids allant jusqu’à afficher 107 kg sur sa balance, Jean-François LAJEUNESSE s’est reconstruit grâce à la course à pieds. Cela lui a permis de retrouver un but et de renaître à la vie.

Des Foulées pour Renaître
Des Foulées pour Renaître

La passion de son adolescence a été salvatrice pour cet ancien conseiller municipal et président de l’association qui s’est retrouvé presque SDF.

A 61 ans, il foule quotidiennement les Bords de l’Erdre et rêve encore d’approcher les 3 heures au Marathon.

 Jean-François LAJEUNESSE
Jean-François LAJEUNESSE

Il a retrouvé des sensations d’athlète et s’est découvert un second souffle que certaines personnes avaient vu disparaître.

Cela tient un peu du miracle mais surtout d’une volonté !

Aujourd’hui, épanoui et serein, Jean-François LAJEUNESSE écrit ce livre « Des foulées pour renaître » aux Editions COIFFARD qui retrace son parcours.

Un témoignage autobiographique espérant être profitable et utile aux autres.

Présentation du livre par l’auteur

 

Vouloir raconter son histoire, surtout lorsque l’on est quelqu’un d’ordinaire, de banal, peut paraître immodeste, impudique. Se mettre en avant alors personne ne vous a sollicité…

Quel audace! Dans ma démarche, il n’y a aucune vanité, aucun orgueil: simplement le besoin de témoigner et de remercier ceux qui m’ont permis d’écrire aujourd’hui.

J’espère que mes hurlements silencieux d’hier vous deviendront audibles. Voilà pourquoi j’écris. Je le confesse volontiers: je souhaite être lu. Je ne vois pas l’utilité dans mon cas de transmettre seulement mon vécu aux seules personnes qui le connaissent déjà. D’ailleurs elles en ont assez souffert.

Je me dois de restituer à a course à pied, aux structures de la solidarité, qu’elles soient nationales ou locales, ce qu’elles m’ont donné: une formidable seconde chance.

Mettre noir sur blanc ses faiblesses, ses égarements, m’est pénible. Je pourrais invoquer mon enfance, mon adolescence, périodes de ma vie qui ne me laissent que peu de bons souvenirs. Mais les errances de mon existant ne se justifient pas principalement dans mes jeunes années.

Le moment est venu, après m’être réconcilié avec moi-même, de faire cette démarche vers les autres. Si je laisse passer ce moment, je sais que je ne le ferai jamais plus.

Ce dialogue, du moins je l’espère, peut-être utile à qui doutent ou cherchent un chemin, une nouvelle porte d’entrée dans une société individualiste. C’est mon expérience et si elle aide un humain, alors cela vaut le coup.

Comment ai-je pu me retrouver quasiment SDF? J’avais perdu tout repère, toute ambition. Je me mentais. Il me semble que cela est pire que tricher ou trahir. On peut, par honte, parce que l’on a encore la lucidité de voir se dégrader son apparence, vouloir donner le change, se mentir à soi-même. Jacques Brel a dit, à juste titre, « faut pas jouer le riche quand on n’a pas le sou« .

En me forçant à faire ce travail de mémoire, de plus de 45 ans, une intime conviction s’est ancrée en moi: pour qu’un homme se réalise dans sa vie d’adulte, il ne doit jamais s’éloigner de ses rêves d’enfant…

Contact PRESSE.
LAJEUNESSE Jean-François
77 rue du Port Boyer
44300 Nantes
Mail : jf.lajeunesse@yahoo.fr
Téléphone : +33 (0)6 73 66 99 95
Site : http://dfouleespourrenaitre.monsite-orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *