Alcoolisme : Témoignage sur la vigileance

«Trois mois sans alcool ! 90 jours… Si court et si long. J’ai encore envie
de boire, mais ça se calme.

La force est là, mais je suis vite sous tension, anxieux par ce qui arrive.

Je dois faire attention à plein de choses, mes habitudes reviennent vite, dès que je me relâche.

Hier je me suis retrouvé au buffet de la gare, à pousser la porte d’entrée, comme avant.

Un réflexe!

Tout à coup, les souvenirs sont remontés d’un coup et je suis ressorti.

J’ai eu vraiment très chaud ! Il faut tout le temps être vigilant.

Chantal (ma femme) m’aide beaucoup, les enfants se rapprochent petit à petit.

On joue ensemble. Toutes ces années, je ne les avais pas vu grandir.

Je m’en veux beaucoup, mais je chasse vite cette idée, trop me culpabiliser me donne envie de boire.

Alors j’essaye de rattraper le temps perdu.

Chantal m’agace en ce moment.

Elle est tout le temps derrière moi, je me sens contrôlé, j’ai besoin
d’air.

D’un autre côté, je la comprends, elle en a bavé aussi.

Elle tourne en rond. On s’engueule souvent.

C’est comme si le temps s’était arrêté et qu’on se réveillait, comme des inconnus.

J’aimerais qu’elle me fasse plus confiance..

Au travail, après la cure, j’étais un peu dépassé par le stress.

Depuis que je fais du jogging ça va mieux.

J’en ai parlé à mon chef. Ils me soutiennent…»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *