Etude sur la Consommation d’Alcool au Collège

La présente étude a été réalisée par l’OFDT  : Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies en 2014.

La Consommation d'Alcool au Collège
La Consommation d’Alcool au Collège

En 2012, l’OFDT publiait pour la première fois, grâce à l’enquête HBSC 2010, un état des lieux des niveaux de consommation parmi tous les collégiens (Spilka et al., 2012).

Ces résultats avaient confirmé la diffusion importante du tabac, de l’alcool et du cannabis parmi les collégiens, avec notamment des progressions très fortes tout au long du collège, à l’exception des boissons alcoolisées déjà largement expérimentées dès la 6e.

.Quatre ans après, le nouvel exercice de l’enquête HBSC, en tout point comparable à celui de 2010, apporte un éclairage spécifique sur les initiations de substances psychoactives des jeunes générations âgées de 11 à 15 ans.

Il offre l’occasion d’identifier les niveaux scolaires au cours desquels s’amorcent les tout premiers usages et ceux au cours desquels ils se développent et s’intensifient.

Cette étude actualise les données sur les niveaux de consommation de tabac, d’alcool et de cannabis au cours des « années collège » en 2014, en examinant l’évolution de ces pratiques depuis 2010 (Godeau et al., 2012).

Les expérimentations

En 2014, l’alcool, comme depuis de nombreuses années, est la substance psychoactive la plus fréquemment expérimentée parmi les collégiens, loin devant le tabac et le cannabis : avoir déjà bu de l’alcool au moins une fois au cours de sa vie concerne un élève de 6e sur deux.

 

L’expérimentation d’alcool progresse continûment tout au long des années collège avec une amplitude de 30 points entre le niveau le plus bas (49,4 % des élèves de 6e déclarant avoir déjà consommé au moins une fois une boisson alcoolisée) et le niveau maximal observé en classe de 3e (79,9 %).

Si la progression au cours des quatre années du collège est identique parmi les garçons et les filles, ces dernières présentent une expérimentation moindre, avec des valeurs inférieures d’environ dix points quelle que soit la classe concernée.

Bien qu’encore largement partagée par l’ensemble des collégiens, l’expérimentation d’alcool semble marquer légèrement le pas en 2014.

Les prévalences observées parmi les élèves de 6e ou de 5e sont entre 8 et 10 points inférieures à celles de 2010.

Cette prévalence moindre de l’expérimentation de l’alcool disparaît à partir de la 4e chez les garçons mais se maintient parmi les filles, dont le niveau en classe de 3e affiche toujours 8 points de moins que celui de 2010 (75,2 % vs 83,2 %).

Ce tassement des niveaux parmi les filles et les plus jeunes élèves entraîne globalement une baisse du niveau moyen d’expérimentation chez les collégiens en 2014 (64,4  % vs 71,4 % en 2010).

Parallèlement à la diffusion des usages d’alcool, on voit se développer les premières ivresses alcooliques.

Si un collégien sur sept dit avoir déjà connu une ivresse (14%), la part des élèves déclarant avoir déjà été ivres augmente singulièrement au long du collège.

Les niveaux sont ainsi multipliés par six entre la 6e et la 3e , passant de 5,0 % à 28,1 %. En outre, avec un sex ratio de 2,3 en classe de 6e , les garçons demeurent plus précoces que les filles en matière d’ivresse.

Cependant, les écarts se resserrent progressivement jusqu’à ne plus être significatifs en classe de 3e (sex ratio de 1,2).

Entre 2010 et 2014, à l’instar des consommations de boissons alcoolisées, les niveaux des ivresses parmi les collégiens ont significativement reculé de 4 points, soit une baisse de 38 %, la tendance se vérifiant pour les deux sexes.

Les principales boissons alcoolisées consommées dans l’année

Les niveaux de consommation augmentent à l’entrée dans l’adolescence, quel que soit le type de boissons alcoolisées.

Il subsiste néanmoins des spécificités liées à chaque classe.

Si le cidre et le champagne sont les boissons d’initiation le plus souvent mentionnées parmi les collégiens, dès la classe de 3e , les bières ou les spiritueux (whisky, vodka…) viennent remettre en cause cette suprématie pour devenir, dans les classes supérieures, les alcools le plus fréquemment consommés.

À la fin du collège, parmi les élèves de 3e , les boissons le plus fréquemment citées sont, dans l’ordre : le champagne (55,4 %), le cidre (50,3 %), la bière (44,4 %), les spiritueux (37,3 %), les vins (26,9 %) et, enfin, les prémix (24,1 %).

En 2014, la hiérarchie des types de boissons alcoolisées consommées est finalement identique à celle observée en 2010, à une exception près : le vin devance désormais très légèrement les prémix en 3e .

Quoiqu’il en soit, la majorité de ces usages de boissons alcoolisées sont orientés à la baisse, les bières et les vins étant les seuls alcools dont les consommations sont restées stables entre 2010 et 2014.

Conclusion

Les résultats français de l’enquête HBSC 2014 permettent de souligner quelques grandes tendances :

  • Les expérimentations comme les usages récents d’alcool apparaissent en nette baisse en 2014. Ils réaffirment toutefois la prééminence de l’alcool à l’adolescence qui est la première substance psychoactive expérimentée par les collégiens, avec une moitié d’expérimentateur en 6e
  • Plus tardives, les premières ivresses apparaissent également moins fréquentes qu’en 2010.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *