Quand le malade alcoolique touche le fond

On parle souvent en alcoologie de « toucher son fond« , on dit qu’il faut qu’un malade alcoolique touche « son fond » pour pouvoir s’en sortir.


J’ai cherché quelques définitions de « toucher son fond » pour que ce soit plus clair pour ceux qui nous lisent.

C’est une prise de conscience par le malade alcoolique, prise de conscience qui se produit quand le bénéfice immédiat, énorme qu’apporte l’alcool en calmant le manque et en apaisant les tensions est dépassé par la somme des pertes accumulées.

C’est le moment des prises de décisions qui suivent cette constatation, cette prise de conscience, ce fameux déclic parfois.

C’est aussi comprendre avec une certitude absolue qu’on est vaincu, complètement vaincu par l’alcool, que seul on n’arrivera jamais à s’arrêter de boire, qu’il nous faut demander de l’aide.

En résumé, c’est le moment où le malade alcoolique prend conscience qu’il est en train de tout perdre….

Mais le fond à atteindre est différent pour chaque malade, plus ou moins profond et si peu que l’entourage le protège trop, il peut ne jamais l’atteindre.

Il est donc nécessaire de mettre en place tout ce qu’il faut pour laisser le malade gérer sa maladie et toucher le plus vite possible « son fond ».

 

Tout ce que nous ferons pour l’aider à survivre malgré l’alcool ne fera que retarder le moment où il touchera son fond et décidera que trop, c’est trop….

Voici quelques témoignages que l’on peut lire sur la page Facebook : Onsaide – la vie après l’alcool :

PL : « Je ne sais pas si je l’ai vraiment touché, mais en tous cas je suis arrivée au stade où j’en avais « marre de boire », et surtout très peur des conséquences sur la santé. C’est ça qui m’a fait réagir!« 

AB : « Moi c’est la séparation brutale d’avec mon ex qui m’a été bénéfique. Je suis sortie de l’environnement alcool et fait le traitement correct de sevrage« 

SMA : «  pour moi c’est me regarder dans le miroir qui me fait réagir ….. mais je dois avouer que lorsque j’ai des mauvaises nouvelles lesquelles je ne sais pas trop comment gérer, j’ai une tendance qui dure un ou 2 jours puis je me regarde et là j’aime pas le tableau 😉« 

VO : « Le fond de l un n est pas celui d un autre,moi il a fallu que je battre un ami comme un malade et ne pas m’en souvenir !!! Et aussi me réveiller quelques fois à l hosto parceque je tombais sur la tete« 

GG : « c’est évident qu’il y a de nombreuses façons de toucher le fond, l’important c’est que ça produise le déclic qui nous amène vers une démarche de soin…. Pour ma part, c’est quand je me suis réellement rendu compte que je n’avais pas plus d’un an à vivre si je continuais à ce rythme, ce jour là, un instinct de survie m’a fait appeler un alcoologue.. »

DR : « Personnellement j en était à un cheveu de mettre fin à mes jours car j en avais marre de boire et ne savais pas m en passer Heureusement que je connaissais les AA et ils m ont soutenue des que je les ai appeler Voila j avais atteint mon fond« 

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

1 réponse sur “Quand le malade alcoolique touche le fond”

  1. Toucher son fond c’est admettre que l’alcool est le plus fort et qu’on ne pourra pas lutter seul contre lui, qu’il nous faut de l’aide et de l’aide de professionnels pour en venir à bout. C’est refuser de poursuivre sa route avec ce compagnon de galère, l’alcool.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *