Précision sur la notion du temps chez le malade alcoolique

Dans un édito précédent, je disais que le temps n’existait pas chez le malade alcoolique.

En y réfléchissant, j’ai repris ce texte en le précisant et en le complétant, car si le temps existe chez le malade alcoolique :

La notion du temps chez le malade alcoolique
La notion du temps chez le malade alcoolique

Le temps chez le MA

On parle ici souvent du temps qui n’est pas le même pour le malade alcoolique, je parle bien sûr du temps en tant que durée !

J’ai essayé d’y réfléchir et effectivement c’est un peu complexe cette notion du temps quand on est encore sous alcool.

C’est un peu comme si le temps avait perdu sa continuité, on pourrait presque le diviser en trois partie se vivant quasi simultanément.

le temps de tout le monde, où on essaie vaille que vaille de faire notre boulot, au travail et à la maison, où on essaie d’avoir une vie sociale le plus proche de la normale.

ce qu’on pourrait appeler le non-temps, celui où on cuve notre alcool, celui où on ne sait plus trop ce qui se passe, celui qu’on a oublié le lendemain.

 

et enfin le temps que l’on passe dans l’angoisse de manquer d’alcool, celui qui nous pousse à toute heure du jour et de la nuit à trouver de l’alcool, à en cacher, à prévoir nos provisions pour les heures à venir, ce temps où on sent tellement les chaînes qui nous ligotent à ce produit.

Il nous faut naviguer entre ces trois espaces temps et c’est quelque chose d’épuisant.

Peut-être en avez vous une idée différente, pour ma part, c’est ainsi que je le ressens.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *