Précautions à prendre pour un sevrage alcoolique

Je l’ai déjà écrit, le sevrage est un moment qui peut être dangereux.. Mais je préfère le répéter encore et encore car beaucoup trop de malades alcooliques se lancent seuls dans un sevrage à l’arrache qui peut se terminer de façon dramatique.

Benzodiazepine - prise en charge du syndrome de sevrage à l'alcool
Benzodiazepine – prise en charge du syndrome de sevrage à l’alcool

Précautions à prendre pendant le sevrage.

Nous conseillons toujours, quand quelqu’un décide d’arrêter l’alcool de faire un sevrage avec un suivi médical, car un sevrage fait tout seul, en cas de dépendance alcoolique importante peut être dangereux.

L’arrêt brutal d’alcool peut provoquer des crises de delirium tremens, ce qui demande une hospitalisation d’urgence, des crises d’épilepsie, ou des malaises cardiaques.

Donc ne jamais rester seul quand on commence un sevrage.

Toujours avoir une bouteille d’alcool, c’est paradoxal, mais quand on sent qu’on va partir dans une crise grave, que l’on a des hallucinations effrayantes ou pas , il faut reprendre de l’alcool tout de suite pour éviter le delirium.

Ensuite appeler un médecin.

De même si on se sent trop mal, ne surtout pas hésiter à consulter.

 

Beaucoup de médicaments aident au sevrage.

Il faut en principe avoir sous la main un anxiolytique en cas d’angoisse, anxiolytique qui peut éviter justement un délirium et qui nous aide à passer les flashs. Il est bon aussi d’avoir un médicament qui diminue les envies d’alcool , style Aotal, Revia ou Baclofène.

En cas d’alcoolisme léger, un sevrage seul est possible.

Il faut boire beaucoup d’eau sucrée pour se réhydrater et compenser le sucre que l’alcool nous apportait, prendre si possible du magnésium et des vitamines B1 et B6, l’alcool les ayant détruites et de plus les vitamines B aident le magnésium à se fixer..

On manque aussi en général de potassium (hypokaliémie), ce qui est ultra important pour la régulation cardiaque, et d’autres minéraux.

Ne pas oublier de se faire faire un bilan sanguin pour évaluer les dégâts et pouvoir les soigner correctement.

Un sevrage dure de 8 à 10 jours, au bout de 10 jours, les risques d’épilepsie sont écartés.

Ne pas se lancer dans un sevrage en travaillant, le faire pendant un temps de repos, c’est très fatigant.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en aissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

5 réponses sur “Précautions à prendre pour un sevrage alcoolique”

  1. C’est vrai qu’un sevrage est un moment très brutal pour le corps qui est tout à coup privé d’alcool. Mais avec ce produit, il est impossible d’y aller progressivement car en continuant à boire, on contribue à alimenter la THP

  2. Le manque d’informations sur le sevrage est flagrant. Je ne sais combien de malades alcooliques se lancent tout seul dans un sevrage sans avoir consulté un médecin, sans avoir ce qu’il faut sous la main comme médicaments et autres et souvent ça se termine à l’hôpital….J’essaie d’en parler le plus possible, mais je ne peux pas non plus être derrière chaque malade alcoolique!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *