Témoignage de Stéphane, malade alcoolique abstinent depuis 6 ans

« J’ai été malade alcoolique de vingt-huit à trente-six ans. J’ai fait une cure, une  rechute et un an après, j’ai suivi de nouveaux soins.

Je suis abstinent total depuis six ans. J’ai commencé ma maladie sur les marchés.

En les faisant, il se créait beaucoup d’occasions de boire avec les collègues.

Au départ c’était à l’occasion. Puis par la suite, nous recherchions les occasions pour nous retrouver.

On se donnait rendez-vous à telle heure sur le marché … petit à petit la dépendance est venue.

Depuis que j’ai vingt-deux ans j’assume la responsabilité de l’exploitation. Je produis des choux-fleurs, des carottes, des salades, du lait et de la viande.

Quand je buvais je me rendais pas bien compte des problèmes sur la propriété.

Le travail se faisait, il y avait mon père et ma femme.

 

La production de l’exploitation, depuis que j’ai arrêté de boire a augmenté de plus de la moitié avec la même surface.

Je fais quasiment 2/3 de chiffre d’affaire en plus.

Au début il faut dire que je buvais normalement entre les saisons du 15 mai au 1er janvier.

Après, chez-moi, je me retrouvais avec mon copain. Il venait chez moi ou j’allais chez lui.

Tous les prétextes étaient bons, par exemple, demander du matériel.

A chaque fois, c’était une occasion pour boire. Mon ami est mort d’un cancer de l’œsophage.

Alors je planquais mon alcool dans la cave et je buvais seul.

Même avec les tracteurs le travail était dur, il y avait beaucoup de manutention à faire.

J’avais de plus de mal à travailler car j’étais dans une dépendance totale. Mon père buvait aussi mais il s’est rendu compte de mes problèmes et il s’est arrêté de boire pour moi.

Avec ma femme ça n’allait pas.

Je suis allé me faire soigner. Mon fils n’aurait pas travaillé avec moi si je ne m’étais pas guéri. j’ai été le premier de l’association Vie Libre dans le secteur. 

Les habitants de la commune se rendent bien compte du changement de comportement depuis six ans.

Le maire m’a dit: « tu ne te rends pas compte de l’admiration que les gens ont pour toi ».

Je suis responsable de la section et nous sommes maintenant une soixantaine ». 

Stephane, 42 ans – Côte d’Armor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *