L’alcoolique et son déni d’alcoolisme

Je suis persuadée que l’alcoolique n’est dans le déni que pour persuader les autres qu’il ne boit pas.

L'alcoolique et son déni d'alcoolisme
L’alcoolique et son déni d’alcoolisme

Au fond de lui-même, il est très conscient de sa problématique avec l’alcool, mais l’avouer reviendrait à devoir se soigner, ce que ne peut pas entendre un alcoolique sans une longue préparation.


Nous utilisons plusieurs dénis, nous en avons un pour l’extérieur et un pour nous même, ils s’entrechoquent parfois, mais souvent sont bien distincts.

Le déni que nous utilisons pour nous, c’est celui de penser que l’on va arriver à s’en sortir seul, sans aide: « demain j’arrête, c’est sûr« , en fait rien n’est moins sûr et on le sait tous.

Nous n’y croyons pas nous même. On se trahit soi même, chaque jour, on ne se respecte plus, on se ment et on le sait.

Mais chaque jour nous recommençons ce pari avec nous même et chaque jour nous le perdons.

Nous vivons dans une prison où les matons sont des bouteilles d’alcool qui nous sont autant indispensables qu’elles nous enferment.

Mais en prison, on se rebelle parfois mais en général, on est obligé d’obéir, c’est ce que nous faisons en buvant dans notre solitude haïe….

 

L’autre déni nous nous en servons pour jouer un rôle dans la société : le bon vivant, celui qui aime bien boire mais qui sait s’arrêter sans problème.

« Moi alcoolique ? Mais non, tu rêves, regarde plutôt untel, lui oui, il l’est, mais pas moi, tu rigoles…« 

Pourtant, non, nous ne rigolons plus, les larmes sont souvent toutes proches et s’il n’y avait pas ce rôle à tenir, nous ouvririons les vannes.

On pense longtemps faire illusion, mais en fait ça ne dure pas très longtemps, beaucoup connaissent notre maladie alors que nous sommes toujours persuadés de la cacher à tous..

Alors on parle du déni de l’alcoolique en fait c’est de mensonges qu’il faudrait discuter, mensonge envers nous même et mensonge envers les autres

Le déni fait penser à quelque chose qui n’est pas conscient, alors que , c’est mon avis, chaque malade alcoolique sait très bien où il en est avec l’alcool.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *