Alcoolisme : le mystère du déclic pour se soigner… ENFIN !

Le  » déclic  » reste pour beaucoup une véritable interrogation. « C’est quoi ce déclic, comment arrive-t-il, peut-on le provoquer, quand arrivera-t-il ? »

Que de questions que les proches du malades alcooliques se posent encore et encore.


Le déclic pourrait se définir comme : la prise de conscience que l’on a intérêt à arrêter sa consommation d’alcool.

Mais pour ça, il faut avant tout ne plus être dans le déni et avoir éprouvé les problèmes que pose l’alcool dans la vie quotidienne, en famille, au travail, en société…

On voit bien que le déclic n’est sans doute pas un événement ponctuel, mais plutôt un processus , une évolution qui va du déni total jusque l’abstinence.

Ce parcours peut être long. 

Il y a souvent aussi des retours en arrière, des reprises de l’abstinence.

Le MA (malade alcoolique), de ré-alcoolisation en ré-alcoolisation expérimente le sans alcool et ses bienfaits qu’il commence peu à peu à entrevoir, ce qui renforcent petit à petit sa motivation pour arrêter sa consommation.

 

Dans tout ça le mot important c’est La MOTIVATION.

Cette motivation est propre à chacun et dépend de nombreux facteurs, tant physiques que psychiques, liés à la personne elle-même.

Elle tient compte de son passé, de son éducation, de sa façon de fonctionner et, aussi, des relations que le malade entretient qu’elles soient familiales, sociales et professionnelles.

Il va devoir changer pas mal de choses..

Ce sera difficile pour le buveur, tant le besoin d’alcool est, pour lui, vital.

L’alcool fait partie intégrante de la vie du malade alcoolique, l’alcool est la pierre angulaire de son existence.

On peut aider le buveur pour faire croître, en lui, cette motivation. Il faut, surtout, éviter d’agir à sa place. Contrairement à la tendance naturelle de chacun,

Nous n’avons pas à nous immiscer dans ses problèmes de confrontation aux changements nécessaires !

Il devra les définir seul et les mettre en place tout seul, en ayant conscience du pourquoi il le fait.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article de Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

2 réponses sur “Alcoolisme : le mystère du déclic pour se soigner… ENFIN !”

  1. Le calvaire d une maman
    Mon fils àtout perdu travail , famille .
    Il a 50ans depuis 8ans dépendant , pas le choix de le reprendre chez moi , j ai 72ans seule, malade atteinte de la maladie de la moelle osseuse, je doit l assumer et assurer
    Après un dur combat 7mois d abstinence , réinsertion , et à nouveau rechute 1mois Combat à nouveau ,et là miracle àvec ce nouveau médicament la tandospirone que je fait venir du Japon
    Un autre homme à nouveau joyeux agréable sociable un renouveau
    Ne lâchez jamais il faut y croire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *