Conduite en état d’ébriété – informations et explications

La conduite en état d’ébriété est l’un des problèmes majeurs en matière de sécurité routière.

L’alcool porte en effet atteinte aux facultés requises pour conduire un véhicule et augmente en même temps la propension à prendre des risques.


Si les adolescent-e-s ne conduisent pas encore de voiture, ils roulent en vélo et en scooter. Et la plupart d’entre eux passent leur permis de conduire tôt ou tard. Il convient donc de les sensibiliser assez tôt aux dangers liés à l’alcool.

Qui est responsable des accidents dus à l’alcool ?

La consommation chronique excessive d’alcool n’augmente pas à elle seule le risque d’accident. Les accidents sont provoqués en grande partie par des personnes qui boivent d’habitude modérément mais occasionnellement beaucoup et qui se mettent ensuite au volant.

Les accidents de la route sont particulièrement fréquents le week-end, le plus souvent la nuit ou au petit matin. Les jeunes hommes de 18 à 24 ans y sont très fréquemment impliqués. Ils se rendent souvent dans des discos, des bars et d’autres lieux de loisirs, ou en reviennent.

Les effets immédiats de l’alcool

L’alcool, même s’il est consommé en petites quantités, diminue les capacités de concentration et de réaction, restreint le champ visuel et provoque d’autres effets immédiats qui accroissent le risque d’accident.

 

Plus la concentration d’alcool dans le sang augmente, plus les effets se font sentir et plus le risque augmente.

Du point de vue émotionnel, l’alcool peut par ailleurs conduire une personne à surestimer ses capacités ou à devenir plus agressive, ce qui contribue également aux risques d’accident.

L’alcool arrivant rapidement dans le sang, on ressent ses premiers effets après peu de temps, même si on en consomme modérément: sensation de chaleur, sentiment de bien-être, désinhibition, gaieté, volubilité.

Très vite, on en vient à surestimer ses capacités.

Les consommatrices ou consommateurs ne sont alors plus capables de percevoir adéquatement les effets produits par l’alcool et moins encore d’en tenir compte.

Un même taux d’alcool dans le sang a des répercussions très différentes d’une personne à l’autre. Une certitude vaut cependant pour tous: plus on a bu d’alcool, plus l’aptitude à conduire diminue et plus la surestimation de ses propres capacités devient évidente.

Quelle quantité d’alcool pour quelle alcoolémie ?

La concentration d’alcool dans le sang ne dépend pas uniquement de la quantité consommée, mais également du poids corporel de la personne, de son sexe et du fait de boire à jeun ou en mangeant.

Limitations dues à l’alcool

L’alcool influence les aptitudes requises pour conduire un véhicule. Le tableau suivant : «Diminution des capacités sous l’influence de l’alcool»  en résume les
principaux éléments.

Attention: les corrélations ci-dessous s’appliquent aux adultes et doivent être considérées comme indicatives.

Les effets de l’alcoolémie varient considérablement d’une personne à l’autre.

Les adolescent-e-s doivent s’attendre à ce que leurs capacités diminuent à des taux nettement plus bas. Des intoxications mortelles peuvent par exemple frapper des enfants et des adolescent-e-s présentant une alcoolémie nettement plus faible que celle de 4 pour mille indiquée ci-dessous.

• L’acuité visuelle diminue

Vision tubulaire: le champ visuel se rétrécit. Autrement dit, on voit  comme à travers un tunnel ou un tuyau qui devient de plus en plus étroit à mesure que l’on boit.

Perception des distances: la coordination entre les deux yeux est perturbée, ce qui empêche d’estimer les distances avec précision. On en vient donc à les sous-estimer ou à les surestimer.

Passage de la vision de loin à la vision de près: le réglage visuel se fait mal, la vision devient imprécise, floue et on en arrive même à voir double.

Problèmes de perception de la couleur: les yeux perçoivent moins bien la couleur rouge.

Problèmes d’adaptation à la luminosité: la capacité de réaction des pupilles est ralentie. Les yeux s’adaptent moins aux changements de luminosité, on est plus facilement ébloui et la vision de nuit est moins bonne.

• L’équilibre et la coordination sont perturbés

L’alcool agit sur le centre régissant l’équilibre dans l’oreille interne et sur le cerveau.

Le sens de l’équilibre est donc perturbé. Par ailleurs, la capacité à coordonner les mouvements diminue.

• L’attention, le temps et la justesse de réaction diminuent

L’attention baisse à partir de 0,2 à 0,3 pour mille déjà. Plus l’alcoolisation est importante, plus le temps de réaction s’allonge et moins les réactions sont pertinentes.

• L’appréciation de ses propres capacités est faussée, la propension à prendre des risques augmente

Sous l’influence de l’alcool, les performances diminuent. En même temps, les personnes alcoolisées ont tendance à se surestimer. La propension à prendre des risques augmente, alors que le sens des responsabilités diminue, en même temps que les performances. On assiste également à une désinhibition et à un amoindrissement, voire à une perte du contrôle de soi.

Diminution des réserves de capacité

Pour simplifer, notre cerveau fonctionne à deux niveaux. Ses performances basiques nous permettent de faire face à tout ce dont nous avons l’habitude et que nous avons en quelque sorte automatisé.

Les réserves de capacité ne sont mobilisées qu’au moment où nous sommes confrontés à des événements imprévisibles que nous ne maîtrisons pas bien.

Les automobilistes expérimentés se débrouillent sans problème avec leurs performances basiques pour parcourir leurs trajets habituels.

Ce n’est que lorsqu’ils sont confrontés à une situation inattendue ou imprévisible qu’ils doivent recourir à leurs réserves de capacité: elles leur permettent de réagir adéquatement, d’évaluer l’effet de cette réaction et de mettre encore en œuvre une réaction d’urgence en cas de nécessité.

Tout cela doit aller très vite. Or, les effets de l’alcool se répercutent en priorité sur les réserves de capacité et ensuite seulement sur les performances basiques avec l’augmentation de la quantité.

Autrement dit, jusqu’à environ 0,5 pour mille, les automobilistes chevronnés disposent de suffsamment de réserves de capacité pour réagir adéquatement à des situations critiques.

A partir de 0,5 pour mille, les réserves de capacité sont réduites au point qu’une réaction suffisamment rapide et appropriée devient presque impossible.

A partir de 1 pour mille, les capacités de base sont elles aussi notablement affectées, ce qui risque d’être handicapant même dans des situations connues.

Tout cela vaut pour les conductrices et conducteurs expérimentés.

Les personnes qui conduisent depuis peu doivent pouvoir compter sur leurs réserves de capacité même dans des situations courantes, parce que leurs réactions ne sont pas encore automatisées. En outre, plus les personnes sont jeunes plus les effets de l’alcool se font sentir rapidement.

Peut-on faire baisser l’alcoolémie ?

On entend toujours parler de toutes sortes d’astuces permettant soi-disant de faire baisser l’alcoolémie. En réalité, ni le café, ni une douche, ni un quelconque
médicament ne permettent de la faire baisser plus rapidement.

On ne peut compter que sur le temps: le taux d’alcool dans le sang diminue de 0,1 à 0,15 pour mille à l’heure.

Attention le lendemain encore !

Une personne qui a beaucoup consommé d’alcool dans la soirée doit s’attendre à avoir encore une alcoolémie élevée le lendemain matin.

Si l’on se couche par exemple à une heure du matin avec un taux de 1,2 pour mille, ce taux sera encore de 0,3 à 0,6 pour mille, à 7 heures du matin.

Comment se fait-il que les gens conduisent, malgré tout, après avoir consommé de l’alcool ?

Comment expliquer que des gens prennent encore le volant après avoir bu ? Les réponses à cette question ouvrent des pistes pour la prévention. Les raisons principales sont les suivantes:

Mauvaise évaluation de la situation par manque de connaissances

Des connaissances insuffisantes ou fausses à propos de l’alcool et de ses effets peuvent conduire à mal évaluer les situations et à adopter des comportements à risque.

Beaucoup de gens considèrent en effet encore la conduite en état d’ébriété comme un acte sans importance

Les risques que cela implique, également pour des tiers, sont souvent sous-estimés.

Piste pour la prévention: il est important que chacun soit correctement et suffisamment informé sur le fait que l’alcool diminue l’aptitude à conduire et la manière dont il agit sur les capacités.

L’influence du groupe

Certaines situations et événements vécus dans la convivialité et la pression du groupe peuvent inciter à consommer de l’alcool et amener des personnes à prendre le volant malgré leur consommation.

Piste pour la prévention: les jeunes peuvent apprendre à résister à la pression du groupe et à gérer de telles situations.

Manque d’anticipation

L’état d’alcoolisation réduit la capacité de faire des choix raisonnables. Sous l’influence de l’alcool, la probabilité de conduire malgré une incapacité augmente parce qu’on n’est plus en état d’évaluer ni les dangers réels, ni ses propres capacités.

Les personnes ivres se sentent souvent particulièrement aptes à conduire !

Piste pour la prévention: il convient de conseiller des comportements, par exemple décider, avant de sortir, comment se passera le retour, s’organiser en conséquence et éviter de conduire sous l’emprise de l’alcool.

Le goût du risque

De nombreux adolescent-e-s et jeunes adultes recherchent leurs limites et les sensations fortes. Il leur arrive ainsi de s’exposer à des dangers qu’ils évaluent mal et d’y exposer d’autres personnes.

Ces comportements risquent d’entraîner des conséquences, pour eux-mêmes et pour des tiers, dépassant ce qu’ils peuvent imaginer.

Piste pour la prévention: les jeunes devraient être incités à s’interroger sur la manière dont ils se confrontent aux limites. Ils devraient être informés sur les conséquences possibles de leur comportement. Cela les aidera à évaluer différemment les situations à risque sur la route et à satisfaire leur besoin de sensations fortes d’une autre manière.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *