Ivresses et « alcoolo-défonce » chez les jeunes : un nouveau paradigme de consommation en Europe ?

Alors que les jeunes sont de mieux en mieux informés des risques associés aux consommations excessives (notamment du risque de dépendance), les comportements d’alcoolisation intensive apparaissent en hausse.

Comment rendre compte de ce paradoxe ?

Les alcoolisations ponctuelles importantes (API) témoignent souvent d’une recherche d’ivresse et de perte de contrôle : l’objectif revendiqué est de perdre pied en buvant « un maximum d’alcool en un minimum de temps dans le seul but de se soûler, se mettre à l’envers, se mettre minable, se déchirer ».

Des initiations aux premières ivresses, puis aux soirées de fête de fin de semaine (associées à l’ivresse entre amis), les adolescents se retrouvent autour de boissons au marketing souvent attractif, sous la forme notamment de ready to drink (incluant prémix, alcopops…), facilement appropriables à un âge marqué par des phénomènes identificatoires et de reconnaissance mutuelle.

Cette évolution n’est, d’ailleurs, pas spécifique à la France.

Les consommations d’alcool des adolescents empruntent les mêmes répertoires dans différents pays européens.

Des bottelòn espagnols (regroupements de jeunes dans la rue pour consommer de l’alcool) aux spring breakers américains (périodes de relâche au cours de laquelle les étudiants n’ont ni cours ni devoirs qui peuvent donner lieu à des épisodes d’alcoolisation massive), on retrouve, dans différents pays occidentaux, et dans tous les milieux sociaux, ce phénomène d’alcoolisation collective le week-end, en particulier chez les jeunes majeurs (18- 25 ans), qui s’étend parfois aux soirées de semaine.

Les motivations à boire sont similaires chez les adolescents de tous pays :

Les motifs de sociabilité et l’envie de s’amuser priment sur la volonté d’oublier les problèmes de la vie quotidienne et la pression du groupe, quoique dans des proportions variables selon les pays.

Aussi les jeunes Suisses se révèlent-ils moins soumis à la pression du groupe que les jeunes d’Amérique du Nord, tandis que les motifs de sociabilité, de renforcement et de maîtrise culminent chez les Canadiens et les Américains.

Néanmoins, il existe une forte similitude des motivations à boire de l’alcool parmi les adolescents occidentaux.

Significations particulières prêtées aux consommations : pistes pour une typologie des usagers ?

Les circonstances d’usage constituent ainsi un indicateur témoignant de la fonction prêtée au produit psychoactif, mais aussi de ses dangers potentiels.

Les données existantes montrent qu’il convient de distinguer les usages festifs des usages autothérapeutiques, qui constituent un facteur de risque d’usage problématique.

De même, les consommations solitaires ou en semaine, rares à 17 ans, doivent être prises au sérieux.

Qu’elles concernent l’alcool ou le cannabis, elles sont en effet plus fréquemment associées à des profils d’usage problématique, alors que les usages collectifs, sans être anodins, correspondent davantage à des motivations d’usage orientées vers l’intégration dans des codes de sociabilité adolescente, qui valorisent les nouvelles expériences, le partage (faire tourner un joint), la transgression (son statut illicite étant « attractif ») et l’entre-soi adolescent.

D’une façon générale, en termes de prévention, pour éviter les problèmes de santé et les dommages sociaux associés aux produits psychoactifs (comportements sexuels à risque, violences, accidents de la route, pertes de motivation…), les recommandations cliniques validées consistent à  :

  • retarder le plus possible l’âge de la première consommation;
  • limiter les épisodes de consommation intensive (quelles que soient les circonstances) ;
  • éviter toute prise de risque sous l’influence de produits ;
  • garder en tête que les produits psychoactifs altèrent les perceptions ;
  • ne jamais conduire avec des facultés affaiblies ;
  • ne pas hésiter à demander de l’aide en cas de difficulté.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *