La Solitude après l’arrêt de l’Alcool

En sortant de l’alcool beaucoup se plaignent de leur solitude. J’ai eu envie de chercher un peu plus sur ce sujet.

La solitude après l'arrêt de l'alcool
La solitude après l’arrêt de l’alcool

Quand on boit, on recherche ce qu’on appelle « les copains de bistrots ou de boisson », on a l’impression de convivialité, en buvant entouré d’amis, en fait on se plante complètement.

Quand des malades alcooliques parlent ensemble, essayez d’écouter, maintenant que vous n’êtes plus sous alcool !

Chacun parle pour soi, sans écouter les réponses ou ce que dit l’autre.

Les dialogues de malades alcooliques sont en fait juste des monologues qui se confondent les uns avec les autres et n’attendent pas de réponse.

Quand on boit, on a besoin de se rassurer sur notre conso, nous allons donc trouver des amis de boisson qui nous aideront à boire sans culpabiliser, boire à plusieurs peut passer pour de la convivialité, mais ce n’en est pas.

Quelqu’un d’alcoolisé, est seul avec lui même et parle pour lui même, même s’il est accompagné de plusieurs copains de bar.

C’est ça la vraie solitude du malade alcoolique, être partout seul avec la bouteille.

 

Le malade alcoolique se rassure en se disant qu’il a plein de copains qui boivent autant que lui, mais c’est nier la réalité..

Ensuite, après l’abstinence il faut apprendre à recréer des liens sociaux, on ne sait plus trop faire, on a peur de tomber à nouveau sur « un copain de boisson ».

Ces copains de boisson, il faut d’abord s’en séparer, et ce n’est pas toujours simple !!

Une amitié se bâtit peu à peu, il faut aller vers les autres, faire des activités avec d’autres personnes pour partager des temps communs…

Les liens sociaux peuvent se recréer autour d’autres choses que l’alcool.

Dans une activité que l’on fait à plusieurs, quel qu’elle soit, là, oui on peut créer des liens intéressants, se faire des amis.

Il faut souvent un support pour avoir des amis, alors au lieu de l’alcool prendre une activité comme support c’est nettement plus intéressant.

Je ne peux pas toutes vous les citer, mais il y en a d’innombrables.

Dans les maisons de quartier, pour presque rien, vous pouvez en faire plein…. Et ce n’est pas le seul endroit…. Pensez également aux diverses associations !

Alors pour moi, la solitude du malade alcoolique est encore plus forte quand il boit en compagnie d’autres malades !

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *