Alcoolisme : Quand l’habitude devient addiction

Boire un apéro avec des amis, en sortant du boulot, c’est une habitude que beaucoup ont prise.

Mais entre l’habitude et l’addiction, la frontière est bien mince..

On peut aussi se demander pourquoi certains vont devenir malades alcooliques et d’autres non.

On peut entrevoir quelques réponses :

-Les facteurs biologiques

Les facteurs biologiques qui aident au développement de l’alcoolisme comprennent aussi bien l’héritage génétique que l’altération de différents neurotransmetteurs et de structures cérébrales, générée par l’habitude de consommation qui, chez les sujets prédisposés, est plus rapide.

Les facteurs psychologiques

La perception que le propre sujet a de la consommation de l’alcool et l’usage qu’il fait de ce produit peuvent être très importants.

 

Si, dans le groupe d’amis dont nous parlions au début, celui qui a développé un trouble alcoolique était celui qui supportait le mieux l’alcool, il devait boire bien plus que ses amis.

En plus de mettre ainsi sa propre santé en risque, en générant une habitude nocive, sa consommation est devenue incontrôlable et il s’agit d’une addiction.

On peut noter que ceux qui ont une grande tolérance à l’alcool, ceux qui « tiennent bien l’alcool » comme on l’entend souvent, ont bien plus de risques de devenir malades alcooliques.

-Les facteurs sociaux

La disponibilité immédiate de l’alcool dans la société dans laquelle le sujet est immergé sont également importantes.

Il a été démontré que, dans les sociétés dans lesquelles c’est très permissif, il y a de plus forts taux d’alcoolisme.

En France l’alcool fait partie de tous les regroupements de personnes, il y a toujours une bonne raison pour boire un verre.

Il y a aussi des personnes qui, de part leur construction psychologique sont plus susceptibles que d’autres de devenir malades alcooliques.

Ce sont souvent des personnes mal à l’aise dans leur vie quotidienne et qui ont pris l’habitude de boire pour se donne la force d’affronter le monde qui les entoure.

Le problème est de se demander à quel moment l’habitude devient addiction et ce n’est pas facile de le savoir, ou plutôt quand on s’interroge, il est souvent trop tard, la dépendance est déjà là..

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *