Qui sont les Alcooliques Anonymes ?

Les Alcooliques Anonymes sont une association d’hommes et de femmes qui partagent entre eux leur expérience, leur force et leur espoir dans le but de résoudre leur problème commun et d’en aider d’autres à se rétablir de l’alcoolisme.


La seule condition requise pour être membre est le désir d’arrêter de boire. Les AA ne demandent ni cotisation ni droit d’entrée; chaque groupe subvient à ses besoins par ses propres contributions. Les AA ne sont associés à aucune secte, formation religieuse ou politique, aucun organisme ou établissement.

Leur but premier est de demeurer sobres et d’aider d’autres alcooliques à le devenir.

Il est généralement reconnu que plus d’alcooliques sont devenus sobres grâce aux Alcooliques anonymes que par toute autre méthode de traitement.

La reconnaissance et l’acceptation universelles des AA témoignent de leur efficacité. Pratiquement toutes les cliniques et tous les hôpitaux d’Amérique du Nord qui soignent des alcooliques ont des groupes AA qui tiennent régulièrement des réunions dans leur établissement.

Les AA sont une association ayant des cadres souples et composés de bénévoles dont les membres se réunissent uniquement pour demeurer sobres et aider les autres à le devenir. Pour être membre des AA, il n’y a qu’une seule condition : le désir d’arrêter de boire.

Habituellement, les membres ne sont pas sollicités : l’alcoolique doit demander de l’aide de lui-même. Généralement, des membres AA d’expérience et comptant une longue période de sobriété répondront à une telle demande d’aide.

Dans les AA, répondre aux demandes d’aide s’appelle faire de la douzième étape, en raison des Douze étapes des AA vers la sobriété.

 

Les Alcooliques anonymes ont débuté en 1935, lorsque Bill Wilson, un ivrogne invétéré, désespéré de demeurer sobre, s’est rendu compte que la meilleure façon de demeurer sobre était de donner de lui-même et d’aider un autre alcoolique. Seul, à l’occasion d’un voyage d’affaires en Ohio, Wilson a fait une série d’appels téléphoniques qui lui ont permis de rencontrer le Dr Robert Holbrook Smith ou le Dr Bob, nom sous lequel il serait connu plus tard.

Le Dr Bob était un alcoolique chronique dont la carrière médicale et la santé étaient détruites et il était au bord de la catastrophe à la suite d’une série de séjours en hôpital qui n’avait donné aucun résultat. Le Dr Bob était réticent à rencontrer Bill Wilson et lui a clairement affirmé que tout effort pour l’aider serait une perte de temps. Bill a renversé les rôles en déclarant qu’en lui parlant, le Dr Bob l’aiderait à demeurer sobre plutôt que l’inverse.

La rencontre qui devait durer 15 minutes s’est prolongée pendant cinq heures. Plusieurs semaines plus tard, le Dr Bob renonçait à l’alcool et Bill Wilson et lui ont terminé leur vie dans la sobriété. Pour demeurer sobres, il ont répandu la bonne nouvelle et ont aidé d’autres alcooliques. Différents groupes ont été mis sur pied en Ohio et en Amérique du Nord.

Aujourd’hui, les Alcooliques anonymes sont présents dans pratiquement tous les pays de la planète. Il existe maintenant des milliers de groupes au Canada et aux États-Unis, comptant des millions de membres.

Les membres des AA sont sobres depuis des périodes de temps qui varient en longueur. À l’occasion d’une réunion AA, il n’est pas rare de rencontrer des membres comptant dix, 20, 30 ou 40 ans de sobriété continue. D’autres membres trouvent difficile de demeurer sobres. Certains continuent de boire ou même sont ivres.

Le fonctionnement des AA ne comporte pas de secret. Selon une de leurs traditions, les AA n’expriment aucune opinion sur des sujets étrangers et ne font pas de promotion, ni de publicité. Chaque groupe AA est autonome et subvient entièrement à ses besoins. Il existe des traditions pour aider les groupes à exercer leurs activités, mais il n’y a pas de gouvernement de quelle que sorte que ce soit. Les AA ont mis sur pied des comités de service et de publication, mais leurs responsabilités sont très limitées et ils n’ont aucune autorité sur les groupes AA, ni aucune responsabilité à leur égard.

L’appartenance aux groupes AA est tout à fait ouverte et inconditionnelle. Néanmoins, des personnes avec des intérêts particuliers peuvent constituer leur propre groupe et il n’est pas rare de voir des groupes de policiers, de pompiers, de médecins, d’avocats, de camionneurs, et ainsi de suite.

De la même façon, des groupes ethniques se sont formés pour les Noirs et les Amérindiens. Les homosexuels, les lesbiennes, les prisonniers, ceux en libération conditionnelle, ainsi que les prêtres, les religieuses et les ministres du culte ont créé leurs propres groupes. Toutefois, la plupart des groupes AA n’ont pas d’orientation particulière, bien que les groupes non-fumeurs soient de plus en plus populaires.

Il y a une idée fausse largement répandue selon laquelle les AA ont une relation secrète et tacite avec la religion. Il est vrai que les Douze étapes des AA suggèrent à l’alcoolique de s’en remettre à une puissance supérieure ou à Dieu. Il n’y a aucune définition de l’une ou l’autre notion et le membre peut en avoir une idée tout à fait personnelle, qui lui convient. Pour certains, la puissance supérieure est simplement l’amour, le soutien et l’acceptation qu’ils trouvent dans les groupes.

Plusieurs membres des AA ont la vision traditionnelle du Dieu chrétien ou du dieu d’une autre des grandes religions. Il n’est pas nécessaire d’adhérer à une telle croyance pour appartenir aux AA ou participer à leur programme de rétablissement.

Une des caractéristiques les plus frappantes de l’alcoolisme est que l’alcoolique s’isole complètement des autres êtres humains et utilise l’alcool comme substitut. À titre de mouvement d’entraide, les Alcooliques anonymes offrent un moyen efficace qui permet à l’alcoolique de réétablir des relations interpersonnelles.

Dans un groupe AA, l’alcoolique peut se sentir accepté et compris, probablement pour la première fois depuis de très nombreuses années, sinon pour la première fois de sa vie.

De plus, les groupes AA offrent une source constante de modèles de rétablissement. Comme nous l’avons souligné, il n’est pas rare d’y rencontrer des gens comptant plusieurs années et plusieurs décennies de sobriété et qui participent activement aux réunions hebdomadaires. Certains membres AA, sobres depuis un long moment, demeurent très actifs au sein des AA, assistant à plusieurs réunions toutes les semaines.

Les Douze étapes des Alcooliques anonymes

1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool – que nous avions perdu la maîtrise de nos vies.

2. Nous en sommes venus à croire qu’une Puissance supérieure à nous-mêmes pouvait nous rendre la raison.

3. Nous avons décidé de confier notre volonté et nos vies aux soins de Dieu tel que nous Le concevions.

4. Nous avons courageusement procédé à un inventaire moral, minutieux de nous-mêmes.

5. Nous avons avoué à Dieu, à nous-mêmes et à un autre être humain la nature exacte de nos torts.

6. Nous avons pleinement consenti à ce que Dieu élimine tous ces défauts de caractère.

7. Nous Lui avons humblement demandé de faire disparaître nos déficiences.

8. Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et consenti à leur faire amende honorable.

9. Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes partout où c’était possible, sauf lorsqu’en ce faisant, nous pouvions leur nuire ou faire tort à d’autres.

10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.

11. Nous avons cherché par la prière et la méditation à améliorer notre contact conscient avec Dieu, tel que nous Le concevions, Lui demandant seulement de connaître Sa volonté à notre égard et de nous donner la force de l’exécuter.

12. Ayant connu un réveil spirituel comme résultat de ces étapes, nous avons alors essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

Les Douze traditions des Alcooliques anonymes

1. Notre bien-être commun devrait venir en premier lieu; le rétablissement personnel dépend de l’unité des AA.

2. Dans la poursuite de notre objectif commun, il n’existe qu’une seule autorité ultime : un Dieu d’amour tel qu’il peut se manifester dans notre conscience de groupe. Nos chefs ne sont que des serviteurs de confiance, ils ne gouvernent pas.

3. Le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour être membre des AA.

4. Chaque groupe devrait être autonome, sauf sur les points qui touchent d’autres groupes ou l’ensemble du Mouvement.

5. Chaque groupe n’a qu’un objectif primordial, transmettre son message à l’alcoolique qui souffre encore.

6. Un groupe ne devrait jamais endosser ou financer d’autres organismes, qu’ils soient apparentés ou étrangers aux AA, ni leur prêter le nom des Alcooliques anonymes, de peur que les soucis d’argent, de propriété ou de prestige ne nous distraient de notre objectif premier.

7. Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l’extérieur.

8. Le mouvement des Alcooliques anonymes devrait toujours demeurer non professionnel, mais nos centres de service peuvent engager des employés qualifiés.

9. Comme Mouvement, les Alcooliques anonymes ne devraient jamais avoir de structure formelle, mais nous pouvons constituer des conseils ou des comités de service directement responsables envers ceux qu’ils servent.

10. Le mouvement des Alcooliques anonymes n’exprime aucune opinion sur des sujets étrangers; le nom des AA ne devrait donc jamais être mêlé à des controverses publiques.

11. La politique de nos relations publiques est basée sur l’attrait plutôt que sur la réclame; nous devons toujours garder l’anonymat personnel dans la presse écrite et parlée de même qu’au cinéma.

12. L’anonymat est la base spirituelle de toutes nos traditions et nous rappelle sans cesse de placer les principes au-dessus des personnalités

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *