Quand le rôle social de l’alcool n’existe plus

Vision de l’alcool : Dans notre culture la vision que nous avons de l’alcool est une vision de partage, de communication, de convivialité, ce qui supprime toute raison de boire de l’alcool seul.

Mais pourtant l’alcool devient souvent un médicament très efficace, tout au moins au début, pour calmer nos angoisses, notre mal être et nous permettre de mener une vie agréable.

C’est un des meilleurs anxiolytiques qui existent, mais il y a le revers de la médaille, et ce revers est très grave en général.

La personne qui consomme l’alcool pour aller mieux, sort alors le produit de son contexte social pour se le réapproprier comme un médicament afin d’atténuer ou de soulager ses maux.

A partir de cet instant, c’est son seul mal être qui va rythmer ses alcoolisations. Notre corps a cette faculté de métaboliser la molécule psycho-active de l’alcool.

On parle alors d’accoutumance, ce qui va contraindre le patient à augmenter ses doses, voire ses prises d’alcool, non pas pour aller chercher l’ébriété mais pour maintenir l’effet anxiolytique de ce dernier.

Ainsi petit à petit la relation au produit se fait de plus en plus grande.

Le rôle social de l’alcool n’existe plus, il n’a plus qu’un rôle individuel et caché, le malade a honte de boire seul, d’avoir besoin de ce médicament, il le prend sans joie mais par nécessité.

 

Le malade est accro et ne peut plus se passer de ce médicament, même s’il ne fait plus d’effet ou plutôt l’effet inverse, on a déjà vu que l’alcool devient un grand facteur de dépression au fur et à mesure qu’on le consomme.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *