Le Soutien Psychologique dans l’Alcoolo-Dépendance

Peu d’études scientifiques ont évalué l’efficacité du soutien psychologique dans le traitement de l’alcoolo-dépendance, probablement du fait des difficultés méthodologiques.

Cependant, il existe un accord professionnel fort pour considérer que le soutien psychologique est le fondement même de la prise en charge de toute personne en difficulté avec l’alcool.

Ce soutien peut être assuré par tout thérapeute, médical ou paramédical, formé.

Il nécessite présence, disponibilité, sollicitude. Le champ de compétences et la proximité auprès des patients, des infirmiers et des aide-soignants leur font jouer un rôle majeur dans le soutien.

Plusieurs formes de soutien psychologique ont potentiellement des effets thérapeutiques :

– l’écoute ;
– la relation d’aide ;
– l’attitude de soutien psychologique ;
– la psychothérapie de soutien.

L’écoute

Tout commence par l’écoute qui ne peut se réduire à des techniques ou à des recettes.

 

Cependant, des règles s’imposent : s’abstenir de tout jugement, refuser d’entrer dans le cercle du mensonge, ne rien vouloir pour l’autre et à sa place.

Il n’y a rien de plus simple en apparence, en même temps de plus complexe, car il faut savoir saisir le mot, la mimique, le geste, qui, soudain, donne sens au discours.

Entendre la souffrance de dépendance de l’autre, c’est aussi s’exposer à découvrir la nôtre.

La relation d’aide

Centrée sur la personne à aider, elle est fondée sur trois attitudes :

le regard positif et inconditionnel, c’est-à-dire une attitude d’accueil total, sans critique ou reproche, sans moralisation ou interprétation d’aucune sorte ;

l’empathie ou capacité à percevoir la souffrance de l’autre ;

la congruence qui concerne le comportement unifié et cohérent du soignant en tant que personne à part entière.

L’attitude du soutien psychologique

Elle apporte un renforcement positif, c’est-à-dire l’appréciation positive des découvertes faites par le patient en vue de la consolidation de l’abstinence.

Le soutien psychologique suppose la perception du transfert et du contre-transfert. Dans cette aide à la renarcissisation du patient, on peut repérer des attitudes ayant une réelle valeur de soutien psychologique : l’avance de la parole, l’approche centrée sur les solutions et les médiations thérapeutiques autres que la parole.

La psychothérapie de soutien

Le langage est ici utilisé dans sa fonction primaire de communication et de traduction des émotions.

Elle suppose l’accès à la vie intérieure du patient. Plus formalisée, elle requiert un thérapeute formé à la psychothérapie, voire aux concepts analytiques.

RECOMMANDATIONS

Il est attendu que chaque acteur soit dans un processus de formation aux techniques qu’il utilise dans sa pratique.

Reconnaître l’importance du facteur temps, toujours coûteux en personnel, dans l’organisation du soutien psychologique.

Alcooleaks vous recommande le livre suivant sur le sujet :

Psychopathologie des Conduites Addictives : Alcoolisme et Toxicomanie

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

1 réponse sur “Le Soutien Psychologique dans l’Alcoolo-Dépendance”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *