Alcoolisme : pourquoi cette peur de partir en cure ?

Pourquoi ce refus, ou cette peur d’aller en cure ? Il est souvent très difficile pour un malade alcoolique, conscient de sa maladie et qui veut s’en sortir d’accepter de partir en cure..

.C’était d’ailleurs mon cas, il m’a fallu plus de trois ans pour accepter cette aide là.

Je me suis demandée pourquoi cette peur de partir en cure, c’est pourtant dans cette rupture temporaire avec son milieu habituel qu’on peut travailler profondément sur soi et arrêter l’alcool plus facilement, tout en étant suivi médicalement.

Je pense que l’idée de partir en cure rejoint l’idée de plus d’alcool disponible… En restant à se soigner chez soi, on sait que si vraiment on n’en peut plus, on peut trouver de l’alcool pas très loin, en cure c’est un autre problème.

Comme nous sommes prisonniers de ce produit, la vie sans lui nous semble impossible à tenir…

En cure nous nous voyons dans une prison où il n’y a plus d’alcool du tout et nous refusons de quitter la prison que nous impose l’alcool pour retrouver cette autre enfermement.. Ce qui est idiot, croyez moi si j’avais su qu’il n’y avait que ça pour que je m’en sorte j’y serais aller bien plus tôt.

Il y a tout de même certains problèmes à régler avant la cure.

Si au retour, on retrouve exactement le même environnement, les mêmes soucis, les mêmes copains piliers de comptoirs, les mêmes remarques sur l’alcool , les mêmes lieux, ceux où on cachait nos bouteilles, ou alors où nous allions pour en acheter discrètement…les mêmes causes produisant les mêmes effets, il y a un risque certain de rechute.

 

Tout ça il faut essayer de le changer quasiment avant la cure…Les amis, il faut faire un tri, les amis toxiques, il faut savoir que nous serons obligés de tirer un trait sur eux, de toute façon la seule chose qui nous liait c’était la bouteille.

S’il y a des problèmes en cours, essayez d’en régler le maximum avant de partir pour ne pas revenir et être débordé par ces ennuis..

Si c’est possible, changer aussi votre environnement, décorez votre lieu de vie d’une autre façon, ou déménagez, c’est ce que j’ai fait en ayant le projet d’aller habiter à la campagne, mais j’ai eu de la chance car c’est rarement possible. Mais simplement mettre les meubles différemment, changer les peintures, donne déjà une impression de dépaysement.

Avoir des numéros de téléphone d’alcoologues, de MAB, réunions d’anciens malades alcooliques…C’est important d’être soutenu à son retour de cure.

De toute façon, la fin de la cure consiste à préparer notre départ et notre retour chez nous, c’est aussi une aide efficace.

Mais surtout n’oubliez pas que la cure est une façon des plus efficaces pour arrêter l’alcool.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Article rédigé par Ghyslaine Gimenes
https://www.facebook.com/ghyslaine.gimenes


Alcooleaks vous recommande le livre de Laurence CottetTrouver un chemin de sortie face à l’alcool avec la méthode H3D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *