Alcoolisme : est-ce une question de quantité ?

Est-il utile de savoir combien de verres boit mon mari, mon fils ou ma femme pour savoir s’il est en difficulté avec l’alcool ?

Les doutes de FrançoisQuand on demande à François combien de verres d’alcool il boit, il ne répond jamais précisément.

 Il dit qu’il ne sait pas bien s’il faut compter dans ses verres la bière et le vin. Il ajoute peu après qu’il ne boit jamais d’alcools forts et complète « ou alors c’est exceptionnel et seulement avec des amis, ou encore à l’apéritif ».

Quand les questions se font plus insistantes, François se referme. Il ne peut pas exactement savoir ce qu’il boit. Il ne veut pas non plus se confronter à la réalité de sa consommation.

A son médecin généraliste, il dit qu’il a fait beaucoup d’efforts et qu’il boit de toute manière moins que ce qu’il a bu à une certaine époque de sa vie.

A son médecin du travail, il explique qu’il ne boit jamais quand l’alcool pourrait le mettre en danger. A sa femme et à ses enfants, il promet de faire des efforts et jure que le mois prochain le problème sera réglé.

Eléments de réponse :

Le diagnostic de difficulté avec l’alcool et en particulier d’abus ou de dépendance alcoolique n’est pas lié aux quantités consommées.

 

Il n’est pas très utile de poser de manière agressive la question des quantités d’alcool bues à celui qui est en difficulté.

Son entourage lui demande assez souvent de se justifier ou de se modérer, niant ainsi la réalité de la dépendance. Le diagnostic de dépendance à l’alcool, d’addiction vis-à-vis de cette substance ne correspond pas au franchissement d’une dose seuil.

Pour l’expliquer autrement, il n’y a pas de quantité d’alcool à partir de laquelle on est malade et de quantité d’alcool au-dessous de laquelle on a une relation normale. La notion d’addiction ou de dépendance traduit une obligation de comportement.

On est dépendant en fonction de la relation que l’on entretient avec l’alcool.

Malgré tout l’alcool exerce une toxicité certaine.

L’état de santé dépend de la quantité d’alcool que l’on consomme.

L’Organisation Mondiale de la Santé définit régulièrement des seuils de consommation sans danger.

Ces seuils ne doivent pas être utilisés pour savoir si l’on est ou non « malade de l’alcool », mais plutôt pour savoir si sa consommation personnelle ou celle de son entourage risque ou non d’altérer la santé.

Au-delà de ces seuils autorisés, la consommation d’alcool augmente le risque de cancer, de maladies du foie, d’accidents et de bien d’autres maladies. La dose considérée comme inoffensive pour la santé se réduit au fil du temps.

Il a été longtemps considéré que les hommes pouvaient boire sans danger deux verres d’alcool par jour et les femmes un verre par jour.

Cette dose est revue à la baisse maintenant que sont connus les effets de l’alcool sur le risque de cancer.

La consommation de boisson alcoolique augmente en effet fortement le risque de cancer des voies aérodigestives supérieures (VADS).

La consommation de boisson alcoolique augmente aussi le risque de cancer du foie. Les études récentes montrent une association entre la consommation d’alcool et le risque de cancer du sein chez la femme, ainsi que le risque de cancer du colon et du rectum dans les deux sexes.

Un dernier point doit être précisé.

A peu près toutes les boissons alcooliques contiennent, par verre, la même quantité d’alcool. On retrouve environ 10 g d’alcool dans un verre de bière, un verre de vin ou un verre d’alcool fort. L’absorption d’alcool est augmentée par le fait d’avoir un estomac vide.

A quantité d’alcool égale, l’alcoolémie augmente plus si l’on consomme des boissons ayant un fort degré alcooliques ou si l’on boit chaud ou tiède. Les boissons comportant des bulles comme la bière ou le champagne feraient, à quantité d’alcool égale, davantage monter l’alcoolémie.

Ces modifications en fonction des circonstances sont cependant minimes. Le principal déterminant de l’alcoolémie est la quantité de boisson alcoolique consommée.

Qu’en pensez vous ? envie d’en débattre ? n’hésitez pas à vous exprimer en laissant des commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *